Ile De France / Animaux

Animaux

 
Chercher
 
Désolé ! Il n'y a pas encore d'annonces ici.
Retour accueil

Animaux aussi dans la presse :

Bienvenue chez les cancres
Ils ont de 6 à 16 ans. Ils sévissent dans nos écoles primaires, nos collèges et nos lycées. Ils ne sont pas vraiment plus bêtes que les autres, mais apprendre les ennuie et comprendre les épuise. Le savoir les rebute, la logique les assomme, la discipline leur pèse. Alors, ils inventent, ils improvisent, ils brodent, ils divaguent, ils déraisonnent, ils fabulent, ils déraillent, ils débloquent, ils délirent… Quand ils entendent le mot « culture », ils sortent leur imagination débordante. Résultat : un festival d’âneries et d’inepties, un feu d’artifice de niaiseries et de maladresses, un monument d’incohérence et d’inculture. Ce n’est pas la vérité qui sort de la bouche des enfants, mais le rire et l’humour ! Pour faire des filles, il faut des spermatozoïdes blonds… Il ne faut pas donner d’argent aux pauvres pour pas qu’ils s’habituent à en avoir. Si tous les étrangers du monde étaient moins cons, ils seraient français ! L’huile et le beurre sont des corps gras. Ma sœur aussi. Dieu a créé l’homme à son image, et les animaux à l’image de la femme. Les causes de l’alcoolisme sont parfaitement connues maintenant : c’est l’alcool. Avant d’aller dans le nord, Kad Merad habitait dans un salon, à Provence.
Cliquez pour en savoir plus
Le Bestiaire d’Héraclès
En choisissant le thème du « Bestiaire d’Héraclès », la rencontre à l’origine de ce livre collectif entendait explorer, à travers la figure emblématique du héros des douze Travaux, un axe essentiel des rapports réels et imaginaires de l’homme avec son environnement naturel et culturel. Héraclès est à la fois le chasseur et la proie, le sacrificateur et la victime, dans un rapport dialectique avec les animaux qui, tantôt l’attirent vers le monde sauvage, tantôt sont gagnés, par son entremise, à la civilisation.
Cliquez pour en savoir plus
La pédagogie initiatique
«L’être humain est comparable à un royaume dont les habitants sont ses propres cellules et dont il est, lui, le roi. Malheureusement, chez la plupart des gens le roi est détrôné: il a été renversé par son peuple qu’il n’a pas su sagement gouverner et éduquer. Pendant qu’il était au pouvoir, il s’abandonnait tranquillement à des activités inutiles ou même criminelles, et peut-être son entourage, ne s’apercevant de rien, était-il en train de l’admirer... Mais ses propres cellules, elles, l’épiaient, il ne pouvait pas échapper à leur regard, et un jour elles ont décidé de renverser ce souverain qui ne cessait de se permettre des actes répréhensibles. «Avant de se lancer dans l’éducation des autres, chacun doit être le pédagogue de ses propres cellules. Car il faut bien se dire que si le roi donne un mauvais exemple, tout son peuple l’imite, et c’est lui ensuite qui le détrône. Tandis que si le roi donne un exemple d’honnêteté, de bonté, de noblesse, ses cellules l’imitent aussi et font tout pour le soutenir: elles deviennent tellement obéissantes, rayonnantes, que ce rayonnement arrive même à se manifester à l’extérieur. Et c’est cette lumière, ces émanations, qui agissent sur les humains, sur les animaux et même sur la végétation pour les influencer... Voilà la véritable pédagogie.» Omraam Mikhaël Aïvanhov
Cliquez pour en savoir plus